Photo panoramique haute définition, La Conciergerie et le Pont-Neuf

    Réalisation : www.cicerone360.com

Le palais de la Cité fut la résidence et le siège du pouvoir des rois de France, du Xe au XIVe siècle. Il s’étendait sur le site couvrant une partie de l’actuel Palais de justice de Paris. De nos jours, l’édifice longe le quai de l'Horloge, sur l’Île de la Cité dans le 1er arrondissement de Paris.

 

Une partie du palais fut convertie en prison d’État en 1370, après l’abandon du palais par Charles V et ses successeurs. La prison occupait le rez-de-chaussée du bâtiment bordant le quai de l’Horloge et les deux tours; l’étage supérieur était réservé au Parlement. La prison de la Conciergerie était considérée pendant la Terreur comme l’antichambre de la mort. Peu en sortaient libres. La reine Marie-Antoinette y fut emprisonnée en 1793.

 

Le monument est géré par le Centre des monuments nationaux à qui il a été attribué à titre de dotation par un arrêté du 2 avril 2008. Il est aujourd'hui possible de le visiter, et des expositions temporaires y sont organisées. On y trouve aussi une reconstitution des geôles révolutionnaires des cellules à pailleux, à pistole et celle de Marie-Antoinette, ainsi que la lame de la guillotine qui servit à l’exécution de Lacenaire.

 

De vastes travaux de restauration ont été entrepris sur le bâtiment début 2011.La Conciergerie est le principal vestige de l’ancien Palais de la Cité. Le mot Conciergerie désigne d’abord le logement du concierge, puis par extension la prison dans laquelle il maintenait ses prisonniers. Le concierge avait la charge d'un édifice important, par exemple un château ou un palais. Cette définition est attestée dès 1195 par cumcerge. L'étymologie du mot est douteuse. On a supposé un latin obscur concerius, de cera (« cire »), plus souvent un latin hypothétique conservius (dérivé du latin classique conservus, « compagnon d'esclavage »), et plus récemment ancien français hypothétique canchiarche, « directeur de la prison ».


Dans le cas du palais de la Cité, le nom de Conciergerie est utilisé pour désigner à la fois une partie du quartier de détention, c’est-à-dire la prison des femmes, et l’ensemble des salles gothiques, à savoir la salle des gens d’armes, la Rue de Paris, la salle des gardes et les cuisines.

 

Le Pont-Neuf est, malgré son nom, le plus ancien pont existant de Paris. Il traverse la Seine à la pointe ouest de l'île de la Cité.


Construit à la fin du XVIe siècle et terminé au début du XVIIe, il doit son nom à la nouveauté que constituait à l'époque un pont dénué d'habitations et pourvu de trottoirs protégeant les piétons de la boue et des chevaux. Il est aussi le tout premier pont de pierre de Paris à traverser entièrement la Seine1. On trouve écrit « le pont Neuf » mais aussi « le Pont-Neuf ».

 

Ce monument fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis 18894. En 1991, il a été inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco, avec l'ensemble des quais de la Seine à Paris.Le pont Neuf est actuellement le plus ancien pont de Paris. C'est, après le pont aval et le pont amont du périphérique, le troisième plus long pont de Paris (238 m).

 

Il a gardé le nom qu'on lui a attribué spontanément à l'époque de sa construction. Celle-ci est décidée en 1577, et le 2 novembre de cette année-là, Henri III désigne une commission chargée d'assurer la bonne construction du pont et le suivi des travaux. Il charge Claude Marcel, contrôleur général des Finances, d'assurer la liaison entre lui et la commission.

 

Le 16 mars 1578, la construction est autorisée par lettres patentes du roi, lequel pose la première pierre de l'ouvrage le 31 mai5 suivant en présence de la reine mère Catherine de Médicis et de la reine Louise de Lorraine.


Sa construction se poursuivra jusqu'en 1607, sous le règne d'Henri IV. Du fait du soulèvement de la ville contre le roi, le chantier prend du retard et les travaux doivent être suspendus pendant dix ans, de 1588 à 1598 . En 1599, Henri IV ordonne la reprise des travaux et confie leur conduite à Guillaume Marchant et François Petit.


C'est aussi le premier pont de Paris à ne plus être couvert.

On trouve de part et d'autre du pont des repères témoins de la crue de la Seine de 1910. Son niveau moyen est au-dessus du niveau moyen du quartier du Marais.
Au premier trimestre 2007, la Ville de Paris en a achevé la restauration intégrale, avec la dernière arche et ses mascarons, côté rive droite et voie sur berge.

  Panoramiques de Paris
 

Copyright : Cicerone 360° - Mentions légales
contact : Stéphane Cicerone