Photo panoramique haute définition Ile de la Cité, quai aux fleurs

    Réalisation : www.cicerone360.com

L’île de la Cité, est une île située sur la Seine, en plein cœur de Paris. Elle est considérée comme l'antique berceau de la ville de Paris, autrefois Lutèce. Elle appartient aux 1er et 4e arrondissements. Sa superficie est d'environ 22,5 ha. Au 1er janvier 2007, la population de l'île de la Cité est de 1 168 habitants.

 

L’île de la Cité est entourée par deux bras de la Seine : le Grand bras au nord et le Petit bras au sud. Sa forme oblongue rappelle celle d'un berceau, comme l'avait souligné Victor Hugo dans Notre-Dame de Paris. Dès l'époque préhistorique, la largeur de ces deux bras était la plus faible, le lit du fleuve étant réduit par la présence de la montagne Sainte-Geneviève au sud et des monceaux Saint-Merri et Saint-Gervais au nord. En outre, une haute berge de sept mètres tranchée dans la plate-forme calcaire délimitait le fleuve sur sa rive droite, au nord-ouest de l'île. Cette géographie particulière participa au développement de l'île en favorisant la communication avec les deux rives du fleuve.

 

Par les aménagements successifs réalisés depuis les premières implantations humaines et l'accumulation de remblais, l'île est aujourd'hui surélevée de huit mètres par rapport au niveau d'alors, que l'on constate toujours à la pointe de l'actuel square du Vert-Galant. Cette sédimentation artificielle a permis de protéger l'île des crues de la Seine.

 

De nos jours, on franchit la Seine à l’aide de neuf ponts, qui ont succédé aux deux simples passerelles de bois qui existaient dans l'Antiquité.


S'ils ont rempli une fonction défensive à l'époque des grandes invasions, les ponts ont aussi toujours été un vecteur essentiel de circulation et d'échanges commerciaux à la base du développement de la Cité et de la ville tout entière. À l'époque gallo-romaine puis mérovingienne, on enjambait la Seine par le «Grand-Pont» (aujourd'hui pont Notre-Dame) et le « Petit-Pont », tous deux alignés sur l'axe du cardo maximus.
Construits en bois, souvent à la hâte et sans réelle maîtrise de l'ouvrage, ils sont régulièrement détruits lors des crues, des incendies ou des attaques ennemies. À la fin de Moyen âge, il existe cinq ponts, bordés d'habitations et très encombrés. Des bacs assurent dans le même temps le transport, d'une rive à l'autre, des hommes et des marchandises.

 

Parmi ces neuf ponts :
Seul le Pont Neuf traverse les deux bras (le Grand bras et le Petit bras), permettant de relier la rive droite à la rive gauche en passant par la pointe ouest de l'île ;


Trois ouvrages relient l'île à la rive droite en traversant le Grand bras :
- pont au Change,
- pont Notre-Dame,
- pont d’Arcole.


Quatre ponts relient l'île à la rive gauche en franchissant le Petit bras :
- pont Saint-Michel,
- Petit-Pont,
- pont au Double,
- pont de l’Archevêché.


Enfin un seul, le pont Saint-Louis, permet de rejoindre l’île Saint-Louis.

Jusqu'au xixe siècle, l'île de la Cité n'était qu'un dédale de ruelles bâties des deux côtés. Seul le jardin du Palais de la Cité, à la pointe occidentale, ouvrait depuis le règne de Saint Louis un espace de verdure, jusqu'à la mise en œuvre en 1578 de l'édification du pont Neuf : plusieurs tunnels de verdure comportant un berceau de treillage supportaient des ceps de vigne.

De nos jours, l’île possède quatre espaces verts : le square du Vert-Galant sur la pointe ouest, le square de l’Île-de-France sur la pointe est, le square de la Place-Dauphine et, autour de Notre-Dame, le jardin de la place Jean-Paul-II (anciennement jardin de la place du Parvis-Notre-Dame) et le square Jean-XXIII (anciennement square de l’Archevêché), auxquels on peut ajouter le jardinet de la rue des Ursins.
À ces squares, il faut ajouter quatre places : la place du Pont-Neuf, la place Dauphine (derrière le palais de justice), le « parvis Notre-Dame - place Jean-Paul-II » (anciennement place du Parvis-Notre-Dame), et la place Louis-Lépine où se trouve le marché aux fleurs et aux oiseaux.

  Panoramiques de Paris